voiries-plateau

Urbanisme, Histoire et patrimoine, Plateau

Les nouvelles voies du plateau ont trouvé leur identité avec l’aide des Palaisiens. Le conseil municipal a entériné les nouvelles appellations de ces rues, places, boulevards et avenues le 19 mars dernier.

Le développement du campus urbain sur le plateau, au niveau de la Zac de Polytechnique, a entraîné la création de nouvelles voiries.

Pour nommer ces nouveaux axes de circulation, la Ville avait lancé un appel à l’imagination des Palaisiens dans le magazine de novembre 2017. Une seule condition à respecter : les noms proposés devaient être en lien avec Palaiseau, son histoire, son territoire et/ou son activité scientifique.

Quelque 120 propositions de dénomination ont été reçues. Une commission inter-conseils de quartier s’est ensuite réunie pour opérer une première sélection et retenir 25 noms parmi ces propositions : 9 d’entre elles ont finalement été soumises au vote du conseil municipal le 19 mars. Les deux autres sont des prolongements des voies existantes.

 

voiries-plateau

1- rue des Trois Mares

Avec ses mares, ses mouillères pas très loin, des rigoles, cette partie du plateau est définie comme une zone humide. En 2001, des fouilles se déroulant à proximité ont donné au lieu le nom de site des Trois Mares. Ce nom d’usage est resté. Nommer ainsi la rue est une manière de ne pas oublier ces fouilles qui ont permis la découverte d’indices attestant d’une occupation de ce secteur dès le Néolithique.

2- rue André Hardy

Maire de Palaiseau de 1965 à 1971, André Hardy a été haut fonctionnaire au Maroc comme contrôleur civil de 1931 à 1956. De retour en France, il devint inspecteur général de l'Education nationale. Durant son mandat, la ville s’est dotée de deux collèges, de centres aérés et d'une Maison des jeunes et de la culture. Il a également initié le jumelage avec la ville allemande d'Unna. André Hardy, décédé en 1980 à l'âge de 72 ans, a laissé l’image d’une personne cultivée et active. Il était père de sept enfants.
Texte réalisé à partir des recherches d'Olivier Berger, historien diplômé de Paris-Sorbonne

3- rue de la Reine Bathilde

Bathilde

Vers l’âge de 19 ans, l’ancienne esclave Bathilde (630-680) épouse Clovis II, roi de Neustrie et de Bourgogne. Elle aura 5 enfants. Elle demeura souvent à Palaiseau, exerçant la régence pendant la minorité de son fils, qui devint roi sous le nom de Clotaire III, avant un autre de ses fils, Thierry III.

4- rue Rosalind Franklin

Le segment situé dans le prolongement de la rue Rosalind Franklin (baptisée en 2015) adopte lui aussi ce nom, pour une lecture plus simple du quartier.
Rosalind Franklin (1920-1958) est une biologiste moléculaire britannique qui a participé de manière déterminante à la découverte de la structure de l’ADN.

5- rue Jean Pacilly

Pacilly

Jean Pacilly a dédié 24 années à la vie palaisienne. Il entre au conseil municipal en 1971, à 41 ans, comme maire-adjoint à l’équipement et à l’aménagement de la ville, dans la municipalité de Robert Vizet. En 1977, Robert Vizet est réélu : il devient son premier adjoint à l’urbanisme, à l’équipement et au logement. Deux ans plus tard, il le remplace à la tête de la mairie, celui-ci étant parti occuper d’autres fonctions. Il restera maire jusqu’en 1995.

6- place de l’Agronomie

La place jouxte le terrain où devraient s’installer prochainement (ouverture prévue en 2020) l'institut des sciences et industries du vivant et de l'environnement, dit AgroParisTech (école d’ingénieurs), ainsi que l’Institut national de la recherche agronomique (INRA).

7- place des Roches Bleues

Roches bleues-2

La place est ainsi nommée en référence à la carrière de grès (roche bleue) voisine située dans le parc Eugène Chanlon : la carrière de la Troche.

8- place Marguerite Perey

Marguerite perey

Marguerite Perey (1909-1975) est une chimiste française. Elle est connue pour avoir isolé le francium. Elle est la première femme élue correspondante de l'Académie des sciences en 1962.

9- boulevard Thomas Gobert

Thomas Gobert (1635-1708) est un architecte et ingénieur qui a conçu, à la demande de Louis XIV, les rigoles traversant le plateau de Saclay afin d’alimenter en eau les bassins du château de Versailles.

10- boulevard des Maréchaux

Sur le modèle parisien, la voie ceinturant l’École polytechnique se nomme boulevard des Maréchaux. Pour assurer la continuité, le segment concerné conserve ce nom.

11- avenue Henri Becquerel

Henri Becquerel

Henri Becquerel (1852-1908) est un physicien français. Il partage le prix Nobel de physique de 1903 avec Marie et Pierre Curie. Le segment créé garde ici le nom de la rue qu’il prolonge, faisant le lien qu'il garde avec l'avenue René Descartes