Opah2Votre logement se dégrade ou aurait besoin de remises aux normes, et vous êtes perdus dans les aides ou le suivi de la réalisation ? La Communauté Paris-Saclay a engagé un programme qui permet de rendre accessible la rénovation des logements : l’Opération programmée d’amélioration de l’habitat (Opah).

Ce dispositif est destiné aux particuliers, propriétaires, ainsi qu’aux copropriétés privées afin de leur faire profiter de subventions pour la réalisation de travaux d’amélioration du confort et de la qualité de leur logement. Il est mis en oeuvre jusqu'en 2020.

Un accompagnement gratuit et personnalisé

Selon la nature des travaux et le niveau de ressources, l’Opah débloque le financement d’une part importante des travaux grâce aux aides de nombreux partenaires : Agence nationale de l’habitat (Anah), Conseil départemental de l’Essonne, Conseil régional d’Île-de-France, État, caisses de retraite…

La Communauté Paris-Saclay met des conseillers à disposition pour accompagner gratuitement tout projet de travaux : identification des besoins, centralisation des démarches, demandes de subventions, étalonnement du reste à charge, suivi de la réalisation…

Permanence à Palaiseau : le mardi de 16h à 19h, sans rendez-vous au service Développement urbain, 5 rue Louis Blanc

Des permanences se lancent également dans les quartiers. Renseignez-vous !

Plus d’infos : 01 60 78 17 11
www.opah-paris-saclay.com

Un exemple

Stéphane, Palaisien, habite une vieille bâtisse du XIXe dont il est l’heureux propriétaire. La maison est très énergivore, alors en mai 2016, il a entrepris trois chantiers : l’isolation du toit, un changement de chaudière et le remplacement de toutes les fenêtres.

Grâce à l’Opah, il a pu bénéficier d’une belle aide financière. « Pour chaque opération, il a fallu que je fournisse trois devis de professionnels du bâtiment reconnus garants de l'environnement (label RGE), ainsi que des plans précis, des justificatif de revenus… explique le Palaisien. Les démarches peuvent paraître longues, mais comme il s’agit d’argent public, le contrôle est nécessaire. Je dois ajouter que l’accompagnement (gratuit) est sans faille. »

En novembre 2016, une chaudière à condensation a été installée, au début de l’année, 60 cm de laine de verre soufflée ont comblé la charpente du toit, puis en mars, les 13 fenêtres de la maison ont été remplacées. « La consommation en gaz a déjà chuté de 40 % », rapporte Stéphane.

Le montant total des travaux se porte à 16 485 € dont 2 259 € sont à sa charge.