Préserver les secteurs sensibles de l'urbanisation

sans titre-5545 pm

Le centre de la révision du PLU est le projet de territoire qui est l’expression de l’évolution souhaitée de la ville pour les 10 années à venir.

La municipalité s’oriente vers un projet de territoire dont la forêt domaniale serait le cœur, et deviendrait l’espace d’un vaste poumon vert plus ouvert et plus pratiqué par les palaisiens, créant un lien vivant entre les quartiers historiques récents et en devenir comme la ZAC Polytechnique.

Un maillage vert complétera le dispositif comme autant de ramifications, de corridors de biodiversité vers la forêt domaniale : le fil vert de l’évolution du territoire communal.

Des espaces protégés

Le PLU peut ainsi préserver des secteurs de toute urbanisation, ou prévoir de conserver une part d’espace vert dans les quartiers. Il est possible d’envisager des protections spéciales comme pour des arbres remarquables, dans le domaine privé et public (lire ci-contre).

Certaines zones peuvent être définies en espace boisé classé, interdisant toute intervention mettant en cause sa nature.

La ville peut se doter de trames vertes, c’est à dire des secteurs qui peuvent traverser les parcelles, sur lesquelles les constructions sont impossibles, définissant de proche en proche des corridors écologiques indispensables au maintien de la biodiversité en ville.

Les trames bleues, elles, recensent les ruisseaux, rigoles, mares, rivières qui jalonnent le territoire. Leur mise en évidence permet d’avoir une gestion plus efficace des risques d’inondation et du fonctionnement hydraulique du territoire.

Les circulations douces peuvent être favorisées par l’identification d’emplacements réservés pour finaliser des cheminements futurs.

Le règlement constitutif du PLU peut enfin instaurer l’obligation de respecter des critères de performance énergétique et environnementale renforcées.

Le PLU nouvelle version sera plus complet que celui voté en 2006 en matière environnementale car il sera complété par de nombreux éléments de diagnostics que la loi a depuis rendus obligatoires (réduction des gaz à effet de serre, préservation de la biodiversité, déplacements...).

La ville sollicitera le Préfet de région afin de déterminer si une évaluation environnementale du projet de PLU finalisé est nécessaire pour valider les avancées dans ce domaine.

Les arbres remarquables

Les arbres exceptionnels par leur âge, leurs dimensions, leurs formes, leur passé ou encore leur légende sont appelés « arbres remarquables ». Ils représentent un patrimoine naturel et culturel qui doit être préservé.

Leur inscription dans le PLU permet de soumettre à autorisation toute intervention sur ces arbres.

Les corridors écologiques

Les coteaux boisés qui entourent le plateau (classés en Espace naturel sensible) et les parcs et jardins de la ville n’ont pas qu’un intérêt esthétique.

Ils facilitent le déplacement de toutes sortes d’espèces animales et insectes et permettent ainsi l’accomplissement de leur cycle de vie. On appelle ces connexions entre réservoirs de biodiversité des corridors écologiques.

Zone agricole Protégée

Une partie des champs du plateau de Palaiseau sont dans la zone de protection naturelle, agricole et forestière du plateau de Saclay (ZPNAF), créée par décret en 2013, et qui préserve de toute urbanisation un territoire de plus de 2 400 hectares, soit près de 90 % de la surface du plateau.

Ce dispositif juridique garantit, à long terme, que le projet d’aménagement du plateau de Saclay ne se fera pas au détriment des terres agricoles qui constituent une exceptionnelle richesse paysagère, environnementale et nourricière.

La concertation continue

Sur plu-palaiseau.fr, dans les urnes à votre disposition chez les commerçants (liste sur internet) et au service Développement urbain,
5 rue Louis Blanc.