Affiche du film Le Tableau, de Jean-François LaguionieA l'automne 2011 sortait dans les salles obscures le film Le Tableau.

Lorsque le réalisateur, Jean-François Laguionie, a proposé à Pascal Le Pennec de composer et orchestrer la musique de son film, ce dernier a accepté avec enthousiasme - «la beauté graphique du Tableau était saisissante» - et il a confié la direction de l’orchestre de cinquante musiciens à son fils.

Une collaboration familiale et artistique

Johannes est un chef d’orchestre-né, explique Pascal Le Pennec. Quand il était adolescent, il passait son temps à lire des partitions d’orchestre. Je lui ai confié la direction de la musique du film avec plaisir et une grande confiance : il a une autorité naturelle devant les musiciens et une grande précision dans sa direction.»

Une précision qui se révéla d'autant plus précieuse que l’enregistrement de la musique d’un long métrage était réparti sur trois séances de trois heures.

Père et fils avaient déjà travaillé ensemble à la musique du triptyque diffusé sur France 2, La Trilogie des Limbes.

La musique contribue à donner du sens à l’image, Mauricio Kagel, compositeur pour le cinéma [1931-2008], disait que si n’importe quelle musique fonctionnait sur n’importe quelle image, le sens qui en résultait n’était pas le même», raconte Pascal Le Pennec.


Pascal Le Pennec compose pour le cinémaPour Le Tableau, dessin-animé qui convoque des artistes du début du XXe siècle,  Matisse, Picasso, Chagall ou Modigliani, Pascal le Pennec s’est inspiré de compositeurs français contemporains des peintres explorés, qui l’ont «marqué musicalement» : Maurice Ravel ou Gabriel Fauré…

Répondre aux références picturales par la composition et concevoir une ambiance par oeuvre visitée par les Pafinis (sujets de peinture inachevés dans le film Le Tableau) fut pour lui «une expérience excitante».

Un accordéoniste qui mêle les arts

Pascal Le Pennec

De manière générale, musicien de profession,«deuxième accordéoniste à remporter le concours international de la fondation Menuhin», rappelle son fils, Pascal Le Pennec aime «à mêler la musique à d’autres expressions artistiques».

En trente ans de concerts et de création de pièces contemporaines, Pascal a accompagné plusieurs artistes de la scène ou de la chanson française : Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff (Les Deschiens), les chanteurs Régine, Allain Leprest et Romain Didier ou la chanteuse lyrique Hélène Delavault (qui a incarné notamment la Carmen de Peter Brook dans les années 80), etc.

Retourné il y a trois ans sur sa terre bretonne, le Trégor, il se consacre désormais à l’écriture musicale, en particulier pour le cinéma.

Un violoncelliste passionné par la transmission

Johannes Le Pennec

Johannes Le Pennec est médaillé d’or de violoncelle et de solfège du conservatoire de Versailles, diplômé supérieur comme concertiste de l’école normale de musique de Paris.

Johannes, découpe lui son emploi du temps entre concerts, enregistrements de pièces classiques et les cours de violoncelles qu’il donne à Igny depuis douze ans et à Palaiseau depuis quatre.

Au conservatoire de Palaiseau, il a vingt élèves violoncellistes, et les voir «grandir, progresser », le passionne.

Mon objectif est de suivre une classe de A à Z, c’est-à-dire d’accompagner les élèves le plus longtemps possible», explique Johannes, qui dit venir à ses cours à chaque fois avec le même entrain.