Un édit de juin 1787 généralise la mise en place d’assemblées municipales élues dans les villes, bourgs ou villages qui n’en étaient pas encore pourvues à l'instar de Palaiseau.
Par cet édit, Palaiseau est érigée au rang de municipalité.

Quand Palaiseau se dote d'une municipalité

Il fallait élire un syndic et neuf membres. Lesquels s’ajoutent aux membres de droit que sont  le seigneur (ou son représentant) et le curé.

Pour être électeur, il fallait :

  • être majeur (25 ans),
  • chef d’un foyer fiscal (appelé feu)
  • acquitter une imposition d’au moins 10 livres .

Pour être éligible, la somme est portée à 30 livres.

Il s’agit donc d’un suffrage censitaire qui exclue les plus modestes et tous les pauvres. En revanche, les veuves qui remplissent les conditions ont accès au vote puisqu’elles sont chargées des mêmes droits et obligations que leur époux décédé.

La liste électorale

Le rôle d’imposition de la taille est utilisé pour établir la liste électorale, mais il faudra y ajouter les nobles (exemptés comme le clergé de cet impôt qui ne pèse que sur le tiers-état) et quelques privilégiés qui en étaient ou s’en étaient dispensés .

En se basant sur le rôle de la taille établi en 1788, nous constatons qu’il y a 313 imposés mais sur ce nombre, seulement 156 peuvent voter puisque payant 10 livres ou plus et un peu plus de 40 sont éligibles.

Rapportés à la population qui est d’environ 1500 habitants dans cette période, les électeurs représentent 10% des Palaisiens ce qui est peu mais néanmoins le double de la moyenne nationale.
Quant aux éligibles, il ne s’agit que de 2,6% des habitants.

L'assemblée municipale

Les réunions de l'assemblée
En principe, l’assemblée était tenue de se réunir tous les dimanches à l’issue de la messe qu’il y ait matière ou non à délibérer.
Ces réunions vont d’abord se tenir devant la principale porte de l’église comme le faisait précédemment l’ancienne communauté des habitants quand elle avait matière à prendre une décision .
Elle avait surtout l’obligation de tenir un registre des délibérations ce qui est une décision importante et primordiale pour l’histoire puisqu’elle doit nous permettre de connaître toutes les réunions, les décisions actées, les élus présents et parfois les débats.

L'histoire disparue
Malheureusement, nous ne connaissons rien des procédures électorales de la première assemblée, rien de la liste électorale, des éventuels candidats, du nombre d’électeurs, des suffrages recueillis et d’éventuels débats puisque le premier registre municipal a disparu.
Cossonnet, auteur d’une histoire de Palaiseau parue en 1895 le mentionne déjà dans son ouvrage.

Le premier registre en notre possession débute le 18 mai 1788 pour élire les messiers et les collecteurs (en savoir plus...).
L’assemblée se réunit régulièrement en 1788, mais l'on note un long trou du 8 février au 23 août 1789 et ce dans une période particulièrement chargée ;  un peu comme si la municipalité n’avait strictement aucune prise dans le cours des évènements et qu’il n’y avait pas de matière à délibérer.

Il est vrai que les prérogatives des élus étaient très réduites pour ne pas dire inexistantes, que le syndic n’avait aucun pouvoir de police. Il n’avait même pas la qualité requise pour certifier les procès verbaux des assemblées rédigés par un secrétaire faisant office de greffier, qui n’est pas élu et qui préfigure les premiers employés municipaux.

La Révolution: nouvelle organisation communale

Au moment de la Révolution, le décret du 14 décembre 1789 instaure un corps municipal de 3 à 20 membres (en fonction de la population), élu par les citoyens actifs au suffrage direct et au scrutin de liste pour 2 ans. Le maire, membre du corps municipal, est alors élu directement par la population.

Le 24 janvier 1790 étaient donc élus les membres du premier "conseil municipal" palaisien, (alors appelé «corps municipal»). Cette date, aujourd’hui érigée en symbole de citoyenneté, devient en 2013 la journée de l’honneur aux Palaisiens. Lors de cette Cérémonie de reconnaissance citoyenne, la Ville remet une médaille aux habitants qui se sont distingués.