affiche expo rafle

La Rafle du vélodrome d’hiver [dite du Vél’ d’Hiv] qui eut lieu à Paris et en banlieue les 16 et 17 juillet 1942 est le temps fort d’une traque qui s’est poursuivie jusqu’à la fin de la guerre», précise la Palaisienne Rachel Jaeglé, co-initiatrices avec isabelle Zdroui de l’exposition réalisée avec le soutien de la Ville de Palaiseau à l'occasion du 70e anniversaire de ces tragiques événements.

Le 9 novembre 1942, un convoi quittait le camp de Drancy, en France, pour celui d’Auschwitz, en Pologne.
Parmi les mille personnes (dont 163 enfants) que comptait ce convoi n°44, furent déportées des familles palaisiennes (Wisnia, Silberman), villebonnaise (Diamant), giffoise (Ostrach) et orcéennes (Hinerman, Kupferberg, Parzenczewski).

Arrêtées le 26 octobre 1942, elles avaient été regroupées à la gendarmerie de Palaiseau.

À découvrir

> les panneaux de l'exposition en hommage aux victimes de la rafle, mais aussi à ceux qui ont survécu et à ceux qui, courageusement, ne sont pas restés spectateurs.

Un long travail de recherche

De centres d'archives en bibliothèques, de mairies en mémoriaux, Rachel Jaeglé et Isabelle Zdroui, elles-mêmes rescapées de la rafle du Vel' d'Hiv., ont réalisé de nombreuses recherches pour retracer l'histoire des familles originaires de la vallée de Chevreuse, victimes de la rafle organisée le 26 octobre 1942.

Les deux femmes ont voulu agir pour que la mémoire collective et les générations conservent les images et les témoignages d'une époque marquée par les crimes nazis et les actes de collaboration de Français. Actes qui visaient à l'arrestation et l'extermination d'une partie de la population prétendument «en surnombre dans l'économie française».
Agir pour que les victimes ne soient pas oubliées.
Agir pour inviter chacun à s'interroger sur le passé, le présent, l'avenir...

16-Rafle

De gauche à droite : Rachel Jaeglé, Isabelle Zdroui (au fond) co-initiatrice de l'exposition. Micheline Souchard (devant) qui accueillie en 1942 Jacqueline Hinerman rescapée de la rafle. Claire Robillard, alors maire de Palaiseau. Esther Ostrach, petite fille d'Isay Ostrach, déporté en 1942.

En savoir plus

L'exposition peut être prêtée par la Ville  à des fins pédagogiques.
Service municipal culturel : 01 69 31 56 20