Si aux États-Unis, il est dans la culture des chercheurs de penser à la valorisation future des technologies développées, en France le phénomène date de 2012 avec la création par les pouvoirs publics d'un intermédiaire entre les laboratoires et le monde industriel : les sociétés d’accélération de transfert technologique (SATT).

Objectif : détecter les projets innovants et de favoriser leur transfert en vue de débouchés économiques.

La SATT est l’interlocuteur unique des laboratoires et des industriels, ce qui simplifie les démarches.
Elle facilite et accélère le développement du savoir-faire, notamment à travers son financement.

On appelle cela «favoriser la maturation des projets», précise Xavier Apolinarski, président de la SATT Paris-Saclay née en août 2014.

À partir du brevet, nous les aidons à construire une stratégie de valorisation pour aboutir à l’exploitation du produit ou du savoir-faire.»
Mais attention, nous ne sommes pas un fonds  d’investissement et nous ne sommes pas là pour prendre la propriété intellectuelle des laboratoires.

En fait, nous prenons les risques économiques à la place de l’entreprise, qui préfère avoir des certitudes sur les débouchés possibles avant de se lancer dans l’industrialisation autour de brevets. Très souvent, ce sont
d’ailleurs les scientifiques porteurs du projet qui vont créer la start-up qui commercialisera ensuite ce savoir-faire.»

 

La SATT Paris-Saclay : des objectifs ambitieux

Création : août 2014
Son président : Xavier Apolinarski
Son statut : de droit privé.
Son équipe : de 5 personnes, elle devrait passer à 18 d'ici fin 2015

Elle bénéficie d'une dotation publique de 66 millions d'euros. À terme, elle s’autofinancera via les licences délivrées à des exploitants industriels ou des start-up.

Ses objectifs pour les 10 ans à venir :

  • soutenir 300 projets,
  • obtenir 550 licences et 1000 brevets
  • créer 75 start-up

Un appel à projets auprès des acteurs (établissements et laboratoires) du Plateau de Saclay a permis de cerner 37 projets. Le dix premiers projets retenus seront dévoilés en mai 2015. À suivre...