La grande braderie du patrimoine de Palaiseau

Depuis le début de son mandat, le Maire poursuit dans sa volonté de réaliser des opérations immobilières de prestige en centre-ville. Mais à quel prix !

Fermeture de l’école Bara, le parc Chabrol menacé et dans le cas du projet de la rue Tronchet examiné lors du dernier conseil municipal, c’est l’actuel foyer Drouillette qui va faire les frais d’une nouvelle opération, remplacé par un futur équipement amputé du foyer des anciens. Seuls bénéfices attendus un parking de 60 places et une micro-crèche de 10 places destinée davantage à servir d’argument de vente aux promoteurs pour les futurs acquéreurs des 100 nouveaux logements dont le prix va atteindre des sommets à plus de 5110 euros le m2.

Raison pour laquelle la Municipalité a prévu d’attendre l’adoption du nouveau PLU afin de s’affranchir de la règle des 3 tiers qui assurait jusqu’à présent et depuis plusieurs décennies un équilibre dans toutes les nouvelles constructions privées afin que chaque palaisien continue à pouvoir se loger, en particulier les couples qui démarrent dans la vie et les familles monoparentales.

Enfin, le montage financier reste à ce jour inconnu et au lieu d’utiliser l’une des SEM créée à cet effet qui aurait permis de réduire le coût du projet, le choix du promoteur privé par le Maire s’est fait dans la plus grande opacité sans que ne soit rendu public le concours d'architecte, le nombre de candidats ayant répondu, la composition du jury et les critères de choix.

Ces opérations traduisent en vérité la mise en place d’une logique assumée de sélection sociale.

Chrystel Leboeuf - Joëlle Pinna

palaiseau.pcf(at)gmail.com