Le

à

CinéPal'
10, avenue du 8 Mai 1945
91120 Palaiseau

Culture, Environnement

Ciné-débat "Qu'est-ce que la mésologie ?"

Rendez-vous au ciné-débat autour de la projection du film documentaire "Milieu", en présence de son réalisateur Damien Faure, et du géographe et orientaliste Augustin Berque ! Lundi 2 décembre à 20h au Cinépal'.

Public: Tout public

Qu’est-ce que la mésologie ?

Film documentaire à l’appui avec la projection de Milieu, le réalisateur Damien Faure, et l’un des plus éminents théoriciens de la mésologie, le géographe et orientaliste Augustin Berque (Palaisien de surcroit !) vous invitent à lever un peu plus le voile sur les rouages complexes qui régissent notre évolution… Rendez-vous le lundi 2 décembre au Cinépal’ à 20h !

Une initiative palaisienne

À l’initiative conjointe des deux associations palaisiennes GRAAL (Groupe de Réflexion, d’Action et d’Animation de Lozère) et MDL (Mémoire de Lozère), un ciné-débat autour de la projection du film documentaire de Damien Faure, Milieu,
est organisé lundi 2 décembre, dès 20h, au Cinépal’.

« À l’issue du visionnage, les spectateurs sont invités à participer à cette conférence sous la forme d’une table ronde où ils pourront questionner le réalisateur ainsi qu’Augustin Berque qui nous feront l’honneur de sa présence », précise Hervé Martin, président de MDL, et d’ajouter, « la journaliste scientifique et essayiste Dorothée Browaeys (présidente de TEK4life) animera cet échange avec Augustin Berque dont elle connaît très bien les travaux ».

Pour clore la soirée, une séance de dédicaces sera proposée en partenariat avec la librairie palaisienne La Fontaine aux Livres qui mettra à disposition plusieurs ouvrages du scientifique, notamment “Là, sur les bords de l’Yvette, dialogues mésologiques”.

Tarif unique 5,20 €
Réservation conseillée sur le site du Cinépal' ou sur place en amont.
Accès dans la limite des places disponibles.
10, avenue du 8 mai 1945 à Palaiseau.

Interview du réalisateur Damien Faure

  • Comment est venue l’idée de ce documentaire ?

Ce film est la continuité d’un travail cinématographique commencé il y a quelques années, en Nouvelle-Guinée où j’ai réalisé mon premier film sur les soldats rebelles de Papouasie Occidentale en lutte contre les multinationales minières qui pillent les richesses de leur terre nourricière.

C’est là-bas, au cœur de la jungle, que je me suis interrogé sur le rapport à l’espace et au temps, en découvrant que les Papous s’orientaient dans la jungle en se racontant des histoires. La temporalité des récits leur indiquait la distance qu’ils avaient parcourus. Je voulais comprendre comment chaque civilisation appréhendait l’espace, et comment il le pratiquait. J’ai commencé par m’intéresser au Japon et leur vision singulière du monde. À travers le concept de Ma, les Japonais donnent une fonction à l’espace alors que nous, nous le pensons plutôt comme un vide. C’est en référence à ce concept que j’ai réalisé mon 1er film sur le Japon « Espaces intercalaires » et que j’ai découvert Augustin Berque et la Mésologie. C’est ainsi que MILIEU est né.

  • Qu’est-ce qui vous a le plus marqué en réalisant ce film ?

Je suis profondément athée et pas du tout mystique, mais dans ce milieu singulier de l’île de Yakushima, j’ai pu sentir la présence des divinités japonaises. Et ce sont les concepts mésologiques d’Augustin Berque qui m’ont permis d’entrer en relation avec ces présences invisibles et de percevoir le Typhon, non comme une menace, mais plutôt comme un évènement bénéfique pour mon film.

  • Quelle est l’ambition de ce documentaire ?

Ici, le but n’était pas de faire un film sur la mésologie mais d’essayer de réaliser une œuvre « ciné-mésologique ». Par une attitude phénoménologique, j’ai pu unifier ma vision objective et subjective car les sujets filmés, les éléments même, entraient constamment en « trajection » avec ma posture de cinéaste. Le vent comme source d’énergie pour faire glisser ma caméra sur un petit travelling, les nuages tels un diaphragme naturel, et l’arrivée soudaine d’un typhon qui bouleverse l’écriture de mon film. En d’autres termes je n’ai pas illustré la mésologie, je l’ai pratiqué cinématographiquement.