Le

à

Théâtre de la Passerelle
16, avenue de la République
91120 Palaiseau

Spectacle

L'Autre

En résidence-création au Théâtre de la Passerelle durant presque trois semaines, la compagnie Théâtre de l'Éveil présentera, le samedi 23 novembre à 20h30, un spectacle intitulé "L'Autre".

Public: Tout public

Liberté, égalité… altérité

En résidence-création au Théâtre de la Passerelle durant presque trois semaines, la compagnie Théâtre de l’Éveil présentera, le samedi 23 novembre à 20h30, un spectacle intitulé L’Autre - gratuit, sur réservation.

Une création « chargée en émotions », annonce l’auteur et metteur en scène palaisien, directeur de la compagnie, Michel Abécassis. Interview.

  • Pouvez-vous lever un peu le voile sur la création de cette nouvelle pièce de théâtre ?

Par rapport au dernier spectacle, je suis revenu à une écriture plus sociétale. Le spectacle questionne tout autant notre rapport à l’altérité et plus précisément l’homosexualité, avec en toile de fond un questionnement familial autour de la relation parents-enfants, père-fils, de l’éducation en général. Deux axes importants ont motivé l’écriture de cette pièce, d’une part, l’émotion forte qui se dégage d’un tel sujet, et d’autre part, la volonté de mettre en abîme la thématique par rapport au spectateur afin qu’il s’interroge.

Ce qui a nourri ce travail d’écriture, c’est autant le souvenir de certaines personnes que j’ai pu croiser dans ma vie qui ont eu à souffrir de l’homophobie, mais aussi la recrudescence actuelle des faits divers autour de ces actes de violence. J’ai déjà travaillé sur les thèmes de l’exclusion ou de l’antisémitisme. Et ce qui m’intéressait dans ce projet, c’est de questionner à nouveau ce rapport à l’autre, d’où le titre de la pièce. Quels droits aurions-nous à juger une personne par rapport à son orientation sexuelle ? Derrière ce thème de l’altérité, on retrouve finalement celui de la tolérance, de l’acceptation de l’autre. Les espaces qui amènent le questionnement sont peu nombreux, et je crois que le théâtre demeure un de ceux-là. Ce spectacle-là est pour moi, un hymne à la vie et à la tolérance.

  • Votre compagnie, le Théâtre de l’Éveil, n’en est pas à sa première création ?

Non. Une bonne vingtaine de créations, suivies de nombreuses tournées en France et à l’étranger.

Notamment avec Exercices de Style de Raymond Queneau joué plus de 900 fois en France et à l’étranger (Chine, Liban, Syrie, égypte, Pologne, Chypre, Belgique, Allemagne, Italie...) et Oulipo/Pièces détachées qui a rencontré un énorme succès au Théâtre du Rond-Point à Paris, ou encore La Femme qui se cognait contre les portes, chez Peter Brook au Théâtre des Bouffes du Nord qui a tourné dans toute la France avant de finir au Théâtre de Dublin.

  • Comment avez-vous commencé, et où ?

À Palaiseau, d’abord en tant que comédien, puis très vite je suis passé à l’écriture et à la mise en scène au sein de la compagnie.

En parallèle, j’ai mis en place un travail en direction des adolescents dans la maison de quartier Jacques Audiberti, tout en donnant des cours à la MJC.

Ensuite, le succès de certains spectacles a entraîné la reconnaissance de nombreux partenaires, la compagnie s’est professionnalisée et j’ai eu la chance de pouvoir rayonner bien au-delà de la Ville.

  • Être invité en résidence dans un théâtre, qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Une résidence, même courte, est toujours un moment important dans le processus de création.

C’est donc une belle opportunité de montrer cette nouvelle aventure artistique au Théâtre de la Passerelle, d’autant qu’il s’agit d’un travail singulier, à partir d’une écriture d’aujourd’hui.

Et puis c’est à Palaiseau, je suis très attaché à cette ville, j’y ai vécu toute mon enfance et j’y demeure toujours, alors pouvoir continuer d’y représenter mon travail est un vrai plaisir.