Bénévolat, Service public

Christelle Grégoire

Je ne me sens pas fière mais plutôt satisfaite d’avoir apporté une aide modeste aux professionnels et bénévoles qui font cela toute l’année !

Publié le

Des Palaisiens solidaires mobilisés

Suite à la fermeture des structures caritatives et en réponse aux besoins des familles en situation de précarité, l’équipe du Centre communal d’action sociale (CCAS) a repris la gestion de l’aide alimentaire d’urgence, main dans la main avec l’épicerie sociale l’Etape dans un premier temps, puis avec le Secours Populaire Français. Depuis le début du confinement, ce sont 280 familles qui ont bénéficié de ce dispositif d’aide, soit 583 adultes et 275 enfants palaisiens. Pour renforcer les équipes de terrain, la Ville de Palaiseau n’a pas hésité à faire intervenir sa Réserve communale de sécurité civile. Christelle Grégoire en fait partie. Elle a répondu sans hésitation à l’appel d’urgence, afin d’apporter son soutien aux professionnels et bénévoles de la Ville.

  • Quelle est votre situation actuellement ? Est-elle conciliable avec votre engagement auprès de la Réserve communale ?

Je suis Palaisienne depuis toujours, j’y suis née. Aujourd’hui, comme beaucoup de Français, je suis confinée à domicile. Ma structure professionnelle est fermée et mon métier ne me permet pas de télétravailler. Je suis complètement disponible. J’ai tout d’abord répondu à l’appel du groupe Whatsapp de la Réserve. Puis j’ai spontanément rempli le formulaire de la plateforme solidaire en indiquant mes possibilités d’aider à la distribution de colis alimentaires et aussi celle de promener un animal de compagnie.

  • Comment votre mission s’est-elle mise en place et comment s’est-elle déroulée ?

La Mairie m’a contacté pour s’assurer de ma disponibilité, ce que j’ai confirmé. J’ai ensuite reçu les instructions et le lieu de rendez-vous par mail. Tout s’est très bien passé. Très bien accueillie et formée, on m’a donné un équipement pour être opérationnelle (gel hydro-alcoolique, masque et gants). Chaque bénéficiaire présente son numéro d’attribution et mon rôle est de vérifier sur la liste la correspondance du nom avec le colis préparé, avant de leur remettre. J’ai ainsi remis entre 25 et 30 colis alimentaires. Les distributions ont lieu à peu près chaque semaine.

  • Etes-vous fière d'apporter votre aide ? Allez-vous réitérer cette mission ?

Je ne me sens pas fière mais plutôt satisfaite d’avoir apporté une aide modeste aux professionnels et bénévoles qui font cela toute l’année ! Je me suis sentie utile. Les bénéficiaires sont reconnaissants et compréhensifs, car c’est la 1ère fois que je réalise ce type de mission. Il y a beaucoup de sympathie entre tous. Oui, à l’issue de cette journée, j’ai accepté de renouveler ma participation et d’en assurer d’autres au besoin !