Personnalité

Daniel Aidelstein

Ancien président de l'épicerie solidaire "L'Étape"

L’étape, n’est pas un nom choisi au hasard, l’association a été créée pour permettre aux gens de rebondir.

Publié le

Bénévole de l’association l’Etape depuis sa création en 2000, Daniel Aidelstein, 6 ans trésorier, puis 13 ans président, vient de passer la main en avril dernier. Le Palaiseau Mag’ saisit cette occasion pour revenir sur le parcours de ce Palaisien de longue date, qui a toujours œuvré au sein du tissu associatif de la Ville.

Mariés depuis deux ans, Daniel Aidelstein et son épouse s’installent à Palaiseau en 1960. « Nous étions à l’étroit dans une sous-location à Paris. Grâce à l’emploi de ma femme nous avons pu bénéficier du 1% logement. Un appartement était disponible à Palaiseau. La première fois que j’ai fait le trajet, cela m’a paru être le bout du monde ! ». Opticien de formation, il exerce à Paris et s’installe à son compte en 1965 dans le 10e. Mais même si sa vie active est parisienne, très vite il va s’investir dans le tissu associatif palaisien.

Vie associative

Au début des années 70, Daniel Aidelstein rejoint à sa création le Rotary club. « Un client devenu ami m’a présenté les actions du club palaisien. Je me suis laissé tenter. » Il va en être un membre actif pendant près de 16 ans avant de rejoindre le Lion’s Club de Longjumeau Palaiseau ! « Avec mes conections, j’avais pu initier une collecte de paires de lunettes usagées. » Après sa retraite, en 1995, il devient également trésorier de Palaiseau Amitié Loisirs, mais la grande aventure c’est en 2000 qu’elle va commencer. « Jacqueline Velluire et Jacques Allain, alors maire, m’ont sollicité pour que je rejoigne L’épicerie sociale l’étape. J’ai eu l’impression que là, je serais vraiment utile. »

L’épicerie sociale vient en aide à des personnes en difficulté en leur proposant des denrées de première nécessité et dans l’idée de faciliter leur réinsertion. « L’étape, n’est pas un nom choisi au hasard, l’association a été créée pour permettre aux gens de rebondir. Mais au fil des années nous avons constaté que l’aide ponctuelle devenait pour beaucoup une aide indispensable. » Durant 6 ans trésorier, puis 13 ans président, Daniel n’a pas compté les heures passées aux services des autres. « Cette année, j’ai 84 ans, je pense avoir fait le tour du parcours associatif avec des responsabilités, il est temps de redevenir un simple bénévole ».

Liberté et tolérance

« Mon parcours associatif m’a apporté énormément de choses. Humainement bien évidemment, j’ai fait beaucoup de belles rencontres. J’ai découvert l’informatique aussi, pour ma génération ce n’était pas évident. » Tout au long de sa vie, Daniel Aidelstein a été guidé par l’envie de s’impliquer en restant libre de ses choix et de ses décisions : « Ce n’était pas faute de sollicitation, mais je pense que je n’avais pas le caractère pour faire de la politique ! ». Son leitmotiv en dit également long sur sa personnalité : « il faut aider sans juger. Le mal qui ronge notre société, c’est l’intolérance ».

Épicerie sociale l’Étape

L’Étape propose une aide alimentaire aux familles d’Igny, Villebon et Palaiseau, en difficulté financière qui lui sont adressées par les services sociaux (Maison des solidarités, CCAS…). En fonction de leurs ressources, une somme est attribuée à ces familles pour qu’elles puissent choisir des produits de première nécessité dans les rayons de l’épicerie. Elles devront au final s’acquitter de 10% du montant de leurs courses. Les droits sont ouverts pour 6 à 15 semaines par an maximum.

Dans les rayons, les bénévoles de l’Étape accompagnent leurs clients, les aiguillent, les conseillent, les aident à faire les comptes… Mais à l’épicerie sociale, on ne vient pas seulement faire son marché. Ici, on trouve toujours un accueil chaleureux, un café, une oreille attentive bref, un réconfort bien utile.

Des épreuves

Daniel Aidelstein est né à Paris en 1935. Avec pudeur, il confie : « En 1942, j’étais le seul de ma classe à l’école communale de Vanves à porter l’étoile jaune sur mon tablier. Je me souviens d’une institutrice formidable, très protectrice. »

Après le brevet élémentaire, il entre à l’école d’optique. Fraîchement diplômé, il est mobilisé pour la guerre d’Algérie. Il passera deux ans (1956-1958) à Blida au sud d’Alger. « J’étais dans l’armée de l’air. J’ai eu la chance de ne pas être trop exposé. »

 

L’Étape
44 rue Alexandre Néreau
91120 Palaiseau
01 60 14 73 34
association.letape@orange.fr