Personnalité

Emeline Fontanazza

Un bon coup de pinceau !

Mon grand frère était peintre en bâtiment. C’est en me racontant ce qu’il faisait sur ses différents chantiers que je me suis passionnée pour le métier. Plus que lui d’ailleurs !

Publié le

« Mon grand frère était peintre en bâtiment. C’est en me racontant ce qu’il faisait sur ses différents chantiers que je me suis passionnée pour le métier. Plus que lui d’ailleurs ! », en sourit encore Emeline, du haut de ses vingt ans.

Entre la peinture en bâtiment et la coiffure, son cœur balance… Mais la difficulté de trouver un salon pour son apprentissage scelle son avenir.

Le choix des pinceaux

Après le collège, elle intègre un lycée professionnel où elle obtient un BEP, puis un Baccalauréat en Aménagement et Finition du bâtiment. Autre temps, autres mœurs… « On était trois filles pour vingt-quatre garçons. Ça ne posait aucun problème. Au contraire, ils venaient prendre nos avis, écouter nos conseils… », se souvient Emeline, et d’ajouter « Les femmes, aujourd’hui, sont décomplexées, elles vont de plus en plus vers les métiers "d’hommes". »

Une Palaisienne au service de la Ville

Originaire de l’Yonne et de la ville d’Auxerre, elle quitte le berceau familial pour rejoindre Palaiseau, voilà deux ans. Elle vient d’y être embauchée par la municipalité. « C’était une opportunité incroyable », réalise-t-elle encore. Une opportunité qui coïncide avec la volonté de recruter davantage de femmes au Centre Technique Municipal. « Il y a deux facettes dans le métier de peintre en bâtiment, la rénovation et le travail artistique. Par exemple, dans les écoles, les crèches ou les Accueil de loisirs, nous disposons d’un éventail de couleurs plus large et nous pouvons faire des propositions sur le choix, l’association des teintes. En ce moment, nous peignons les meubles confectionnés par nos collègues menuisiers du CTM », détaille Emeline, enthousiaste.

Saisir les opportunités

Tournée vers l’avenir, elle pense déjà à passer les concours de la fonction publique territoriale, et rêve un jour d’être à la tête d’un service. Ne rien s’interdire, oser se dépasser, et se lancer dans des carrières qu’elles pensaient à tort réservées aux hommes, voilà en quelques mots, le message qu’Emeline adresse en conclusion à toutes…