Sciences

Dr Elsa Donguy

Il faut continuer d'appeler son médecin traitant, il faut absolument un avis médical, seul le médecin est en mesure de vous dire s'il faut maintenir un rendez-vous, modifier un traitement...

Publié le

Les cabinets médicaux sont ouverts !

Avec le Covid-19, contrairement aux hôpitaux, les cabinets médicaux se vident. Peur de déranger le médecin traitant, crainte d’être contaminés… les usagers traditionnels désertent les salles d’attentes des cabinets et les médecins généralistes s'en inquiètent et craignent même les dommages collatéraux de l’épidémie. Le Docteur Donguy, exerçant en cabinet avec les Dr Cortonovis et Charbrerie, vous raconte ci-dessous le quotidien d’un médecin de ville pendant cette crise.

  • Quelle est la situation pour vous actuellement ?

La salle d’attente se vide. Le téléphone sonne peu. Même pour de simples conseils, les gens n’appellent pas. Je ne pense pas pour autant qu’ils soient moins malades que d’accoutumée. Il y a aussi un risque d’aggravation des pathologies chroniques. Les consignes ont du être mal comprises. Les cabinets sont ouverts. Il faut continuer d'appeler son médecin traitant, il faut absolument un avis médical, seul le médecin est en mesure de vous dire s'il faut maintenir un rendez-vous, modifier un traitement...

  • Comment s’organise votre activité ?

Il n’y a qu’en cas de symptôme du Covid qu’un patient ne doit pas se déplacer. Pour tous les autres, je reçois toujours en consultation au cabinet. En cas de doutes, il faut appeler. Si vous n’arrivez pas à joindre votre médecin traitant appelez-en un autre. Nous nous sommes mis d’accord à ce sujet entre praticiens lors d'un échange avec la mairie. Sinon, j’ai aussi mis en place les téléconsultations. Je me déplace seulement pour les urgences.

  • La situation crée-t-elle un stress particulier ?

Cela crée un stress dans l’organisation. Faire face à des pathologies, c’est dans l’état d’esprit des médecins. Faire face à des patients atteints du Covid-19 ne fait pas peur. Le souci logistique l’emporte ! Toutes les précautions sont prises pour éviter la propagation du virus. Mais nos réserves de masques et de gel s’épuisent vite... le circuit habituel de fournitures ne suffit plus. Mais les palaisiens sont formidables, et plusieurs particuliers nous ont spontanément apporté du matériel !