Service public

Kévin Berre

Célibataire et sans enfant, cela me paraissait normal de rester sur le terrain et de laisser les pères et mères de famille s’occuper de leurs proches.

Publié le

Kévin, un agent qui ne compte pas pour du Berre

Pendant le confinement, la ville a dû se réorganiser pour préserver son personnel tout en assurant ses missions de service public, comme par exemple la propreté de l’espace public. Kevin Berre, agent principalement dédié à l’aménagement et l’entretien des espaces verts, s’est porté volontaire pour permettre la continuité des actions sur le terrain. 

  • Comment s’est mis en place le maintien de la propreté des espaces publics ?

Les responsables d’unité ont demandé des volontaires. Célibataire et sans enfant, cela me paraissait normal de rester sur le terrain et de laisser les pères et mères de famille s’occuper de leurs enfants. Je ne risque pas de contaminer quelqu’un en rentrant chez moi ! 

  • Comment vous organisez-vous sur le terrain ?

On tourne par équipe et par quartier. On se répartit les rôles, un jour le glouton, un autre le ramassage des poubelles et gros déchets. La balayeuse tourne en ville également. Pour notre sécurité, nous portons des gants en latex sous nos gants de travail. Et puis nous avons des masques et du gel.

  • Cela doit être calme en ville ?

Oui, on ne croise pas grand monde ! Quand cela arrive, on garde une distance de sécurité. Les gens sont reconnaissants de notre travail. Beaucoup nous remercient. On est bien vu, c’est sympa !