Service public

Thomas Boudault

COMMISSAIRE DIVISIONNAIRE ET CHEF DES DISTRICTS DE PALAISEAU

Nous allons travailler à toujours améliorer l’accueil des victimes et augmenter notre présence sur le terrain.

Publié le

Commissaire Thomas Boudault : Un retour aux sources

Il est Essonnien d’origine et son premier poste, il l’a occupé au commissariat de Palaiseau dans les années 90. Aujourd’hui avec une carrière bien plus étoffée, Thomas Boudault revient sur un territoire qu’il connaît comme sa poche, en tant que commissaire divisionnaire et chef des districts de Palaiseau regroupant les commissariats de Palaiseau, Longjumeau, Massy, Sainte Geneviève des Bois et Arpajon. Dans son nouveau bureau, il a répondu aux questions du Palaiseau Mag’.

  • 25 ans après, quel est votre regard sur Palaiseau ?

Quand je suis devenu inspecteur de police, en 1994, le commissariat était encore situé rue de Stalingrad. J’habitais rue de Paris, face à la place de la victoire. La ville a depuis considérablement évolué, notamment avec le pôle d’excellence qui s’est développé sur le plateau. Cela peut paraître anecdotique, mais je suis heureux de retrouver la grande fête qu’est la brocante du Bout Galeux. Palaiseau est une belle ville qui fait partie de mon histoire personnelle. Revenir ici me permet également de me rapprocher de ma famille.

C’est assurément une ville où il fait bon vivre, mais il faut être attentif aux évolutions de la délinquance pour éviter que des difficultés finissent par s’enkyster.

  • Vous avez un lien particulier avec Lionel Vallence, l’ancien commissaire de Palaiseau ?

Oui assurément, un lien de proximité dans la conception que nous avons du service public. C’est un modèle de « flic à l’ancienne » qui a su s’adapter aux évolutions de notre société. C’est la troisième fois que je lui succède !

Au début de ma carrière de commissaire, lorsque que j’étais stagiaire, je l’ai remplacé à Savigny-sur-Orge. Après mon premier poste de commissaire de police à Dieppe, j’ai retrouvé la région parisienne, en devenant commissaire de nuit dans l’Essonne durant deux ans, puis, chef de circonscription à Sainte-Geneviève-des-Bois… à la place de Lionel. Enfin, après un retour à ma fibre de départ, le judiciaire, en tant que chef de la sûreté départementale des Yvelines (brigades criminelle, des stupéfiants, des mineurs, de la police technique et scientifique), puis Directeur de la sécurité publique de l’Yonne, j’ai quitté le Commissariat d’Auxerre pour prendre, à nouveau, le fauteuil de Lionel à Palaiseau. 

  • Comment se passe votre installation ?

Je viens de prendre la tête d’un large district (700 fonctionnaires de police) qui fonctionne très bien avec des effectifs très motivés. Spécifiquement sur Palaiseau, sur les 8 premiers mois de l’année, les faits de délinquance sont en baisse, le taux de résolution des affaires est en hausse. 

Il y a bien sûr des choses à améliorer, des idées à développer pour améliorer le service public policier. La sécurité du quotidien est l’un des enjeux actuels et un outil intéressant pour parvenir à notre objectif de proximité. En lien avec la Mairie, nous allons organiser la présence de policiers à la Maison de la tranquillité et de la sécurité publiques pour recueillir les doléances des Palaisiens. À moyen terme, des patrouilles mixtes police nationale/municipale pourraient voir le jour et se développer. Et puis, depuis le 1er octobre, la mise en place de la brigade anti-criminalité d’agglomération permet une plus grande présence sur le terrain de nuit comme de jour. 

  • Avez-vous dégagez des priorités d’action ?

Nous allons travailler à toujours améliorer l’accueil des victimes et augmenter notre présence sur le terrain. Dans le cadre de l’anti-criminalité et des secours (appels 17), mais aussi dans l’amélioration de nos contacts avec la population. 
Il nous faut être particulièrement vigilants et réactifs en ce qui concerne les violences conjugales. Mieux accueillir les victimes et traiter le plus rapidement possible les dossiers pour éviter un drame.

De manière globale nous travaillons à mieux cerner les attentes de nos usagers. Une étude nationale est en cours et tous les Palaisiens, sur la base du volontariat, peuvent répondre à un questionnaire sur l’action de la police, disponible au commissariat. Un retour sera fait dans les mois à venir.

Enfin je crois particulièrement aux Groupes de Partenariat Opérationnel (GPO) qui permettent de réunir des acteurs de terrain (policiers, mairie, bailleurs…) autour d’une ou deux problématiques avec à la clef des actions concrètes qui permettent d’améliorer le quotidien de la population. Je souhaite une police accessible et proche des préoccupations des citoyens. 

Repères

1994 : Obtention du concours d’inspecteur de police
2001 : Chef de service au ministère de l’intérieur
2004 : Obtention du concours de commissaire
2006 : Commissaire de Dieppe
2007 : Commissaire de nuit en Essonne
2009 : Chef de circonscription à Sainte Geneviève des Bois
2012 : Chef de la sureté départementale des Yvelines
2015 : Directeur département al de la sécurité public de l’Yonne et commissaire d’Auxerre.
2019 : Commissaire de Palaiseau (chef des districts de Palaiseau, Longjumeau, Massy, Sainte Geneviève des Bois et Arpajon)